Expositions

Classé dans : Actualité | 0

Exposition temporaire : « Malgré eux dans l’armée allemande. L’incorporation de force des Mosellans 1942-1945 »

 (du 1er mars au 29 novembre 2020)


Exposition réalisée et prêtée par les Archives départementales de la Moselle (Conseil départemental de la Moselle) en partenariat avec ASCOMEMO.

Visites guidées :   Chaque premier dimanche de chaque mois à 15h sur réservation (educatif.fort.metz.queuleu@gmail.com / 06 73 54 41 22). Durée : 50 min.

Visites scolaires :  Visite en autonomie avec un document pédagogique à télécharger sur le site internet.

L’exposition présente l’histoire des hommes et des femmes incorporés de force dans l’armée allemande de 1942 à 1945. Cette incorporation fut la conséquence des premières difficultés militaires de l’armée allemande, à la fois sur le front soviétique et à l’Ouest avec la résistance britannique. L’incorporation est aussi la conséquence institutionnelle de l’annexion illégale de la Moselle au IIIème Reich, opérée en 1940, et qui inclut ce territoire français à la circonscription allemande de la Westmark (« marche de l’Ouest »). Ainsi, beaucoup ont été incorporés malgré eux pour servir dans la Wehrmacht, sont devenus malgré eux des prisonniers de guerre dans les camps soviétiques, sont morts malgré eux sur les champs de bataille en Ukraine, en Italie ou en Norvège.

Beaucoup sont devenus des réfractaires refusant d’obéir aux autorités nazies et ont dû subir, ainsi que leur famille, la violence de la répression de l’envahisseur.

Pourtant, dans l’immédiat après-guerre, ces Malgré-Eux sont condamnés au silence, puisque leur destin n’est pas conforme à cette mémoire de l’héroïsme construite pour retrouver l’unité nationale. De plus, cette page d’histoire mal connue a été beaucoup plus documentée par les historiens et chercheurs alsaciens que par ceux de la Moselle.

La mémoire des Malgré Eux (ou Malgré Nous) ne s’est imposée que tardivement, et aujourd’hui, le travail historique les réhabilite dans notre histoire nationale. Cette exposition montre l’embrigadement, l’incorporation forcée, la résistance, la captivité, la mort, en s’appuyant sur des documents originaux et des textes d’historiens, et met ainsi en valeur tous ces destins individuels et douloureux qui ont fait l’histoire de la Moselle et de la France.

Pour télécharger l’affiche de l’exposition, cliquez ici.

 

Exposition temporaire : Fraternité/Brüderlichkeit

 (du 1er mars au 28 juin 2020)

Pour célébrer l’obtention du Label du patrimoine européen et rendre visible, de façon novatrice, le réseau des mémoriaux des camps annexes de Natzweiler, quinze sites franco-allemands ont lancé « Fraternité », un grand projet artistique avec l’association Quinz’art et les artistes du collectif franco-allemand PlakatWandKunst.

32 artistes, 16 français et 16 allemands, ont travaillé en commun pour créer 16 « Plakatwände », tableaux de taille monumentale (2,60 m x 3,60 m) destinés à être exposés en extérieur, sur l’espace public.

Ces œuvres originales réalisées lors de deux résidences d’une semaine à la Kunsthalle Griesheim d’Offenbourg en Allemagne témoignent de façon concrète de l’amitié franco-allemande.

10 d’entre-elles ont été dévoilées le dimanche 24 juin 2018 lors de l’inauguration de l’exposition, dans le cadre de la Cérémonie nationale du souvenir au Centre européen du résistant déporté sur le site de l’ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof.

Depuis septembre 2018, les œuvres seront dispersées dans les 14 camps annexes partenaires du projet, où elles seront exposées au public.

Parallèlement, les artistes ont engagé un travail pédagogique sur l’art et la mémoire avec les élèves de treize écoles de part et d’autre du Rhin.

En 2018, le fort de Queuleu a accueilli l’œuvre de Didier Guth, un artiste abstrait, et Eva Schaeuble, une artiste figurative. La qualité de la réalisation dépend subtilement du dialogue des limites, de l’entour de chaque élément figuratif, des couleurs qui se complètent. Les couleurs s’ouvrent par leur luminosité, les figures s’y détachent comme une ombre nécessaire. Fraternité = rencontre fructueuse.

En 2019, le fort de Queuleu a accueilli l’œuvre de Haleh Zahedi et Rainer Braxmaier. Sur leur peinture, les personnages sont un peu oiseaux, et la barque qui les transporte navigue et coule à la fois. De leur hum a accueilli our, noir mais léger, se dégage la complexité tragi-comique de l’existence. Fraternité = laisser la place à la fragilité de l’autre.

En 2020, le fort de Queuleu accueille l’œuvre de Mina El Bakali et Max Wetter. Mina El Bakali est née en 1978 au Maroc et vit  en France depuis 1983. Elle est diplômée en arts visuels de l’Université de Strasbourg. Mina El Bakali mène une recherche exigeante. Afin de créer une œuvre libre et forte, elle ressuscite l’inspiration, les techniques et les secrets des surréalistes. Ses peintures, collages et dessins sont à chaque fois l’occasion d’une exploration stylistique. Dans cette œuvre les portraits découpés dans des magazines dont l’image disparaît peu à peu symbolisent l’oubli que nous devons retenir… la mémoire que nous devons préserver. Max Wetter est né en 1991 à Karlsruhe de parents artistes qui dès son enfance l’ont mis en contact avec l’art et la peinture. Après le baccalauréat, il commence des études d’art à l’Académie de Stuttgart pour ensuite les continuer à l’Académie de Düsseldorf avec Andreas Schulz. Il vit et travaille à Karlsruhe et à Düsseldorf. La peinture de Max Wetter est constituée de formes premières et sphériques que l’on peut associer avec différentes choses connues ce qui facilite une approche individuelle de son travail.  Son iconographie symbolique et abstraite se rapproche de celle d’artistes ésotériques comme Hilma af Klint ou Forrest Bess. Ensemble ces deux artistes ont créé un espace sensible et intellectuel singulier. Un vis-à-vis surprenant qui peut déconcerter au premier abord, mais duquel émane peu à peu, si l’on se prend le temps de s’y attarder, l’énergie positive d’un monde en devenir.

Pour en savoir plus, cliquez ici (Site du Vgkn).

Pour en savoir plus, cliquez ici (Site du Centre européen du résistant déporté).

 

Exposition permanente

Une exposition permanente présentée à l’accueil situé au niveau du poste de garde après la passerelle en bois vous permet de découvrir depuis 2019 l’histoire du fort de Queuleu, de l’association en charge du site ainsi que les travaux de restauration et de mise en valeur.